© 2018 by Collectif Øpéra

 HÄXAN vs. ABRAHAM FOGG

UNE CRÉATION TRANSDISCIPLINAIRE AUTOUR DE L'UN DES PREMIERS FILM D'HORREUR DE L'HISTOIRE
LE PROJET

Häxan vs. Abraham Fogg est un projet de création transdisciplinaire autour du film Häxan ou « La Sorcellerie à travers les âges » de Benjamin Christensen sorti en 1922. À partir du film et de ses thématiques, nous souhaitons créer un nouveau répertoire musical qui donnera lieu à un ciné-concert, un album, une série d’œuvres graphiques (photographies, dessins, vidéos), un ensemble de conférences et d’actions culturelles. Le projet est en production et verra le jour en 2018.

LE FILM

Häxan ou « La Sorcellerie à travers les âges » est un film dano-suédois, écrit & réalisé par Benjamin Christensen. Parfois considéré comme le premier film d’horreur de l’histoire, ce documentaire sorti en 1922 dresse un portrait de la sorcellerie de l’Antiquité au début du XXe siècle. De reconstitutions historiques en fantasmagories délirantes, ses nombreuses scènes de fictions donnent à voir la manière dont les superstitions, l’incompréhension de certaines pathologies & comportements singuliers peuvent provoquer l’hystérie de la chasse aux sorcières, en particulier pendant la période de l’Inquisition Médiévale. La sublime photographie convoque les peintres Bosch, Bruegel ou Rembrandt pour offrir des corps, des décors et des lumières d’une beauté fascinante. Le film fut longtemps banni aux États-Unis et fortement censuré ailleurs pour ses séquences, aujourd’hui assez sages, de représentations de torture, de nudité & de perversions sexuelles. Cette œuvre culte du cinéma muet reste d’une étrange actualité, près d’un siècle après sa création, et aura établi les grands codes de l’épouvante, où la peur & la surprise croisent l’érotisme & l’humour au second degré. Christensen, visionnaire, questionne la place des femmes, de la religion, du pouvoir et des sciences dans nos sociétés. Un réquisitoire contre les obscurantismes qui résonne puissamment avec notre époque. 

LE CINÉ-CONCERT

Häxan vs. Abraham Fogg est un solo électronique en parfaite synchronicité avec le film. Les compositions créées par Abraham Fogg empruntent aux genres "electronica" "idm" ou "brain dance", autant de termes pour signifier une musique narrative, libre, qui laisse de l'espace à l'expérimentation. À la frontière entre la culture club anglaise des années 90, un instinct mélodique pop, et une orchestration qui n'est pas sans rappeler les grands classiques de la musique de cinéma d'épouvante, cette nouvelle bande sonore appuie la narration singulière du film et lui redonne fraicheur & modernité. 


Durée : 1h30

À partir de 12 ans

 

Distribution :

Direction artistique, composition & mise en scène : Abraham Fogg

Conférence : Maxime Perbellini

Photographies : Nona Limmen

Dessins : Thomas Pons

Atelier photographique autour de portraits anciens : Emmanuel Ligner 

Invités musiciens : Paul Colomb - Serge Nakauchi Pelletier

Production : Collectif Øpéra
Coproduction : Stereolux (Nantes), Le
 VIP (St Nazaire), Onyx - La Carrière (St-Herblain), Brocéliande Fantastic (Ploërmel), Znprk (Nantes),

 

En tournée à partir de 2018
 

L'EXPOSITION

Plusieurs expositions accompagnent le spectacle. Imaginées par les artistes visuels du Collectif, elles réunissent des œuvres originales inspirées par l'histoire, des travaux personnels en lien avec ses thématiques & des documents qui retracent l'aventure de cette création unique. Imaginées en fonction des lieux d'accueil, les propositions allient grands formats dessinés à la mine de plomb, impressions sur formes, parcours en réalité augmenté, vidéos & photographies.

Nonna Limmen - Thomas Pons

LA CONFÉRENCE

Présentée par l'Historien Maxime Perbellini, une conférence d'une heure sera proposée en marge du ciné-concert. Elle donnera un éclairage historique actuel sur le film et sa thématique centrale, la sorcellerie. 

Maxime Perbellini est doctorant en histoire médiévale à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris et à l’Université Libre de Bruxelles sous la direction de Marie Anne Polo de Beaulieu (CNRS / GAHOM) et d’Alain Dierkens. Licencié en Histoire et Histoire de l’Art, ses recherches en Master portent sur les imaginaires entourant le végétal au Moyen Âge, et plus particulièrement sur l’étude des récits liés aux naissances humaines extraordinaires issues du végétal dans la littérature, les images, la philosophie ou la médecine. Il travaille désormais sur la construction de la figure de la sorcière à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles). Pourquoi vole-t-elle sur un balai ? Pourquoi est-elle vieille et laide ? En essayant d’adopter un regard transversal entre les études déjà entreprises (procès, théologie, écrits normatifs) et de nouvelles sources (culture visuelle, exempla, traités de superstitions, gloses), son objectif est de reconstituer l’évolution des représentations mentales et visuelles attachées à la sorcière.

Durée : 1h